ⴰⵣⵎⵏ

Le temps passe

les lunes et les jours se ressemblent

comme des catastrophes

qui se succèdent des

morts des misères et des incompréhensions

des grands manques au bout de chaque nuit.

ⵢⵙⵎ

Il nous manque un nom

qui n’est plus prononcé dans nos foyers

il à déserté la plaine et la montagne en souffre

Les enfants ne l’on jamais prononcé

c’était la paix disait le vieux berger.

ⵜⴾⵏⵜ

L’étonnement

l’océan renferme une énigme

et la  vie elle est une énigme

on se tonne du mystère de la nuit

et de la marche du monde

sans jamais prendre en compte

la manifestation supérieure qui régis

chaque chose.

ⵓⵗⵏⵏⵓⵏ

Le retour

de retour de la chasse

de retour de la récolte de l’eau

de retour de la cueillette

chaque berger à un but nourrit sa

famille ne pas sombrer dans la misère

et se réveiller le matin la tête haute.

ⵢⵙⵎⵓⵏ

On les appelais les fantômes du désert

Qui surgissent et disparaissent de nul part

Une corde à la main et quelques chèvres

plus loin ils cherchent toujours un brin d’herbe

un peu d’eau et scrutent l’horizon va-t- il pleuvoir.