ⴶⵂⴷ

Nos lignes sont enfoncées

dans nos esprits beaucoup de recule

Beaucoup de manque

manque de perspectives d’avenir

manque d’espoir juste la peur

qui grandie et l’incompréhension qui

ferme les yeux.

 

ⵢⴷⵔⴵⵏ

Nos traces sur nos yeux

chaque horizon un gémissement

Chaque sentier l’eau de nos coeurs

et soleil le feu qui brûle nos tentes

Douleurs et rêves se mélangent

comme l’eau et l’écume.

ⵉⵜⵉⵜ

Oued par oued nous égrenons

nos douleurs chaque montagne

le disait la misère de nos campements

Qui ont soif et peur et même les acacias

tremblent à la vue de la nuit qui approche

nous sommes seul face à la colère

de mangeurs de nos coeurs.

ⵢⵎⴶⵔⴷ

Ils parlent de nos misères

Beaucoup de mots dans l’air

beaucoup de promesses sans suite

ils parlent de nos maux de maladies de nos

coeurs mais ils ne font que les volés.

 

ⵜⵎⵜⵏⵜ

je suis mort hier à Ogassagou

Avant hier à Sobane mon coeur est mort

Mon âme égorgée je suis mort avec

toutes ces vies enlevées sans raison

aucune de valable aucune de vrais

je suis mort ma maison brûle mon pays pleur.

 

ⵜⵈⵏ ⵏ ⵗⵊ

La confusion dans ma tête

je suis dans le noir

ou est la sortie d’une côté un canon

de l’autre un voleur coupeur de têtes

Mon pays brûle ma maison souffre

ma grand-mère est malade elle se meurt

je suis triste et la colère me ronge les tripes

O mon dieu ou est la paix ou est l’amour

l’humanité .