ⴰⵎⵙ

Il faut aussi que les étoiles bougent

Que chaque mouvement trouve sa place

C’est-à-dire une plaine où chaque heure un trésor

dissiper les ombres et tracer les chemins.

 

ⵉⵙⵏⵏ ⵏ

Mieux que les nouvelles circulent

Par les vents de paroles de nos voix

Et la marche de nos dires

par tempêtes opposées

Par naufrage de nos mémoires

Mieux vaut l’espérance que le vent.

 

 

 

ⵜⵌⴷⵔⵜ

Maintenant que toutes les étoiles brillent

Chacune avec son phare

Des images en rêve me viennent en tête

Chacune a diluer les nuages de mon esprit

Il faut donc quelque chose pour les soutenir

Comme la beauté et la douceur

des matins.

ⵎⵈⵔ

Dans l’image de mémoire

le un est aussi multiple

Couchée dans son intangible beauté

Image qui ne doit ressemblée a aucune

Don l’origine est l’essence même de la vie

mémoire mémoire de chacun.

 

ⴰⵏⵣⴶⵎ

Le berger se souvient des phénomènes

Dépassant sa canne

En donnant la responsabilité a dieu

En disant l’un est aussi multiple

Que le tout  un vent une pluie

Et donc se fait le jour la force de pensé.

ⴰⵣⵏⵏ

Tout volait avec où sans nom

Retour aussi au rêve d’avant les mots

Pour cela l’errance et les balades de l’esprit

Priment sur le sommeil réparateur

Il y a toujours l’énigme du passé comme du futur.

ⴰⵙⵆⵔ

Il y a les campagnes et les plaines

Il y a les oasis et les jardins

De rocailles et surtout le mirage

Tour à tour qui sculpte les horizons

comme un acteur dans l’espace

de ses mouvements et le mouvement

du vent dans les cimes des saisons.

 

ⴰⵎⵙⵏⵏⵉ

La voie de la nuit dit et ne dit pas

La route des retrouvailles

Simplement adosser aux étoiles

Le front  vers  dans l’horizon

Les mains brassent le vide

Tout le passé se réuni .

ⵉⵙⵏⵏ ⵏ

Le retour à la parole

D’avant les phrases

Pour l’ errance et la transhumances

Indispensable pour nous rappeler

Et nous conduire à l’énigme

Sous la plus étendue plaine

le logo du Sahara.