ⴰⵊⵓ

Ouvert sur les feux de la misère

Le crépuscule se referme

Et toutes les lumière de l’orient

La mémoire libérait la soif

Dans l’écho des gémissement

Et nous voilà au point du départ.

ⴰⵙⵊ

A la lassitude s’ajoute le rythme

Des douleurs d’une époque sombre

La paix prend congé des grands esprits

Car les conseillers sont essoufflés

Sur les tombes de nos morts

Les larmes inondent la misère.

ⴰⵎⴸ

Prions La lumière du jour qui se meurt

Dans le trou noir de minuit

Prions pour la paix pour l’amour

Au matin au goût du papillon

La liberté attendu.

ⴰⵣⵏⵏ

Dans battement de talons

Prélude la délicatesse des terres

Un paysage musical refoule les envies

A l’heure des comptes

biface et silex resurgence

Des faux prophètes.

 

ⴰⴸⵏⵉ

Pour le jaillissement de la vie

Pour la pensée juste prions

Pour les faux frères intimement dans l’ombre

La langue fourchue lèche nos mémoires

Comme dans les histoires des bestiaires

légendes oblige

l’haleine sens le soufre.

ⴸⵔⵂⵏ

Dites-moi o habitant des cieux

Une parole un mot rassurant

Dites-moi que la paix est a portée de la main

Par magie je rêve d’un monde meilleur

Mais la plainte des étoiles m’enlève tout espoir

Et vole ma petite voix vers les nuits sombres.