ⵢⵙⵏⵏ ⵏ

Nos nouvelles nous viennent

d’un lointain écho d’un père où d’une mère

Qui sort de son amour un vieux souvenir

La paix la tolérance en jachères dans nos esprits

Présentant un désir refoulé

dans du sable mouvant.

ⵜⵌⵔⵜ ⵘⵜ

Ils ont donner des fausses promesses

a nos mères du vent beaucoup de vent

dans nos coeurs pas un seul

qui a tendu la main a un orphelin

Des louches vides de leurs yeux tombaient de la haine

Nous sommes malades.

ⵜⵌⵔⵜ

Ils ont atterri tout près

Juste sur la colline d’accoté

Puis ils sont venus avec des paroles vides

et menaçantes devant nos détresses

De leurs barbes tombaient la peur

Ils ont pris nos âmes comme des vautours

A nous il nous reste nos larmes.

ⴰⵊⵓ

Le feu brûle nos campagnes

Et transporte nos âmes dans ses fumées

comme des voyages sans retour

Le mirage d’une autre vie s’envole

Pour chaque incendie des morts.